SaintéLyon 2021: on m'avait promis l'enfer, on en était pas loin !

5 Décembre 2021 , Rédigé par Runner Life Publié dans #ultratrail

La SaintéLyon, une course mythique qu'il faut faire une fois dans sa vie...Voilà ce qu'on entend souvent sur cette course. Personnellement, je n'avais jamais pensé faire cette course, pour tout vous dire, elle ne m'attirait pas plus que ça non plus. Dans ma tête, j'avais prévu de faire les 24h de Ploeren en cette fin d'année jusqu'au moment où Jeremy à commencé à me parler de cette fameuse SaintéLyon... "Allez viens avec nous; il y aura Remi, Sylvain, Guillaume" 

Pour le coup je me suis dis nous avons fait le Mont Saint Michel ensemble et j'étais à l'origine de ce défi, je ne peux pas refuser, alors direction cette course mythique.... On rajoute Bertrand à l'aventure qui est en Master 5 et qui a des chronos très sympas avec un sub 8h sur 100km par exemple. 

SaintéLyon 2021 : on m'avait promis l'enfer, on en était pas loin ! 

Vendredi 18h environ,  départ de Chateaubourg direction St-Paul-en-Jarez: après quelques heures en voiture sous une pluie diluvienne, nous arrivons à destination. L'ambiance est excellente et le chambrage est à un niveau de malade^^

pub

Samedi, après une petite nuit de sommeil, nous voici en route pour le retrait des dossards en début d'après-midi où nous retrouvons Guillaume. Nous faisons le tour du salon, découvrons un peu les produits, merci à Hélène et son mari pour la présentation de Gorilla à mes potes (elle a vite comprit que ici c'était chambrage et rigolade) Nous passons voir Magalie sur le stand St-Yorre qui nous indique que deux 38 tonnes complets de St-Yorre ont été livré pour l'évènement  !!

Nous avons notre précieux dossard ou plutôt chasuble entre les mains, nous pouvons maintenant rentrer pour nous reposer... Repos de courte durée, moins d'une heure, puis préparation des affaires, on mange et direction Saint-Etienne pour le départ. Pour cette course, j'ai pris pas mal de nouveau matos, la veste de chez Compressport, les Trabuco max de chez Asics que j'ai reçu cette semaine et avec qui je n'ai couru que 7km 

Sur la route on déchante vite quand on voit la neige tomber à gros flocon avant que cela ne se calme. Arrivé dans la salle du départ, je croise Sophie qui participe cette année en relais après l'avoir fait en solo, en version aller-retour. Nous nous trouvons ensuite une place où patienter non loin de la zone d'ouverture des portes.  @soanito Oda me retrouve parmi la foule, trop content de la voir enfin en vrai alors que nous faisons parti de la même team sur l'Ekiden Asics 

En attendant le départ, on se chambre, on rigole, il vaut mieux qu'on rigole maintenant car après ce n'est pas gagné ^^

23h les portes de la salle s'ouvrent et là, c'est le gros bordel, ça se bouscule, ça joue des coudes pour être dans les premiers pour ne pas attendre trop longtemps dans le froid. J'ai la chance d'avoir un bracelet PERF qui me donne accès au départ du premier SAS. Sylvain et Bertrand sont pris par la vague et se retrouve dans la zone perf pendant que Jeremy, Remi et Guillaume se retrouvent dans la SAS 1, ils partiront 15' après nous. 

Le speaker fait le Show, je suis avec Sylvain et Bertrand et je me retrouve juste à coté de Laura @fluxalors qui me reconnait grâce au tutu. Elle a déjà participé en 2019 avec un temps dans les 13h, son objectif aujourd'hui faire mieux. 

Le départ est proche, il se met à neiger, on se prend les projecteurs par moment en pleine face, cela fait mal aux yeux. 

23h30, le départ est donné sous la neige, et il neige à gros flocons, cela donne un départ super sympa. Je trouve que le départ en revanche c'est un peu le bordel. La route est large mais pourtant ça joue des coudes pour doubler.  J'aperçois Julien sur le bus du départ journaliste TV pour la chaine ...

J'ai rentré le parcours dans ma montre ce qui est pratique pour éviter de prendre un mauvais chemin et voir où nous en sommes exactement sur le profil. 

Les 8-9 premiers kilomètres sont du bitume normalement ce qui sera très bien pour se mettre en jambe. La neige tombe de plus en plus.

5km 28', nous sommes sur la route dans une montée tranquille par rapport à ce qui nous attend. Une personne m'interpelle, c'est Caroline, ce qui est fort c'est que nous habitons la même commune et que nous ne nous sommes jamais croisé que ce soit en courant ou autre. Il faut que nous allions à l'autre bout de la France pour se voir. 

Nous échangeons sur cette épreuve qui nous attend. Elle, c'est une vraie traileuse, elle n'aime pas la route contrairement à moi, en revanche, nous n'avions pas prévu un trail blanc. Elle me fait la réflexion que je ne porte pas de gants ! Si, ils sont dans ma ceinture je les avais au départ et j'avais trop chaud aux mains j'ai préféré les retirer.  

10 km 58', fini la route, place au trail, c'est là que ça se complique pour moi ^^ Je suis toujours avec Caroline qui prend les devants dans une montée, je ne la reverrais plus. J'ai pas mal de gens qui me reconnaissent en me dépassant ou que je dépasse, ils me félicite pour mon RP sur le marathon de Deauville, pour le site,...c'est agréable car cela donne l'impression de ne pas être seul. 

La météo est toujours la même, de la neige, un peu de vent. La neige ne me dérange pas plus que cela, visuellement c'est original de courir de nuit avec de la neige partout autour de nous. Je ne suis pas habitué à ce type de paysage.  Je prends une pate de fruits qui fait du bien. 

15km 1h35 le rythme est encore bon mais il parait que jusqu'au premier ravitaillement (18km) le terrain est "roulant".  Je me demande où sont mes potes derrière, s'ils sont loin ou pas. Dans ma tête Jeremy devrait me doubler sur le parcours, et Guillaume ça risque de se jouer à pas grand chose. Sylvain n'étant pas en grande forme devrait je pense rester derrière, quand à Remi je l'imagine déjà râler sur le parcours en se demandant ce qu'il fou ici !  

Peu avant le ravitaillement, je me fait rattraper par Hélène qui est également plus route mais qui comme moi aime sortir de sa zone de confort et se dit qu'à force d'essayer le trail on finira par aimer ^^

pub

18km 1h53' nous sommes déjà à 600de D+ je ne sais pas si j'ai déjà fait autant sur si peu de distance. J'arrive au ravitaillement avec Hélène, je m'arrête pour remplir mes flasques, puis je passe manger un peu. Je suis impressionné par les ravitaillements: du pain, du fromage, de la charcuterie, de la boisson, soupe, café, thé.... Je prends des morceaux de bananes, un thé et je repars tranquillement en marchant le temps de boire et manger. 

C'est donc maintenant que les difficultés vont commencer, même pas peur...enfin presque. Objectif le prochain ravitaillement au 32ème à Sainte-Catherine. 

Me voilà donc reparti dans la neige, le froid, je ne porte toujours pas mes gants ce qui me vaut des réflexions de certains coureurs "tu n'as pas froid aux mains?" non et quand j'en vois certains en short sans manchon, je me dis ouah là c'est vraiment dingue! 

Le parcours commence à se corser et j'avoue qu'à ce moment là je commence à râler un peu, : "on m'avais dit que c'était roulant la SaintéLyon mon cul oui " Je fais le dos rond et je sais que cela va passer. Je ralenti un peu l'allure car les cuisses piquent déjà un peu et nous sommes loin d'avoir fini. Je ne veux pas finir dans le même état que la Barjo cette fois-ci la prudence est de rigueur. Je prends de nouveau une pate de fruits, j'ai peur d'ouvrir une de mes barres et que celle-ci soit gelée et impossible à manger. 

25km 3h03, j'entends des cris derrière moi, comme des grognements, je ne me retourne pas mais dans ma tête je me dis ça c'est Jeremy obligé. Pourquoi un type pourrait crier sauf s'il a reconnu une personne devant lui ? Honnêtement impossible de reconnaitre une personne de dos sur cette course sauf moi avec mes collants et mon tutu.  

l n'aura fallu que quelques minutes pour que Jerem arrive à ma hauteur frais comme un gardon. Son arrivée me fait du bien, moi qui râlais quelques kilomètres avant j'ai la banane pour le coup et lui aussi. Nous échangeons sur nos états respectifs, les cuisses commencent à tirer pour nous deux. Il me donne des infos sur Guillaume qu'il a lâché vers le 20ème kilomètre, il a également doublé Sylvain et Bertrand et lâché Remi assez tôt sur le début de course. 

Jeremy se place devant moi et je lui emboite le pas. Clairement il m'emmène et j'essai de poser les pieds où il met les siens. Depuis quelques kilomètres, il faut faire attention car le terrain est vraiment glissant et il y a quelques belles plaques de verglas. 

30km 3h37, nous sommes toujours ensemble, l'objectif est d'arrivé ensemble au prochain ravitaillement.  Nous avons une belle montée à passer avant de redescendre pour arriver à Sainte-Catherine.  Je manque de tomber à plusieurs reprises et me rattrape je ne sais pas comment mais pour le moment j'échappe à la chute. 

Jerem m'attend par moment, il est clairement plus à l'aise que moi sur ce type de circuit. La montée vers Sainte-Catherine se passe bien même si je trouve cela un peu long à mon goût.  On rigole avec Jerem et je lui dis "j'espère avoir une boulangerie à Lyon et je m'arrête prendre un truc." 

Nous basculons de l'autre coté à la sortie d'un chemin nous traversons une route, je double une personne et là mon pied gauche rencontre une plaque de verglas je me vois encore voler, impossible de me rattraper, je fini étalé comme une merde sur le sol et à ce moment j'ai peur car j'ai bien volé. Jerem était juste devant s'arrête et la personne derrière moi s'arrête également. 

J'ai peur à mon genou gauche en me relevant mais finalement tout est ok, je repars en ayant mal à ma cheville droite et un peu aux mains mais pas une seule égratignure. J'ai les mains trempées, je mets mes gants que je retire assez rapidement car j'ai trop chaud! 

32km 3h58' 1109D+ J'arrive avec Jerem, nous remplissons nos flasques, mangeons un peu, ici place au fromage pour moi, j'ai voulu tenter la charcuterie mais elle est trop froide, limite gelée. Je prends un the encore une fois et nous voilà reparti.

Maintenant, direction le prochain ravitaillement au 45ème mais avant cela, il va nous falloir passer le signal qui est la "dernière" grosse difficulté du parcours. La partie qui arrive est clairement la plus compliquée. 

35km 4h24, nous recevons un message sur notre groupe whatsapp, Jerem sort son téléphone, c'est sylvain qui nous indique arriver à Sainte-Catherine nous avons 3km d'avance + le temps du ravitaillement. Finalement nous ne sommes pas loin les uns des autres. Jerem fait une petite vidéo pour indiquer que nous sommes juste devant. 

Il faut vraiment faire attention où l'on met les pieds car ça glisse sévère, quand il est possible, nous courons dans l'herbe du champs et non sur le chemin, c'est plus prudent. On enchaine les montées et les descentes. Nous arrivons à courir un peu dans certaines montées et Jeremy monte à une vitesse impressionnante, je fais tout pour m'accrocher à lui et nous doublons pas mal de monde sur cette portion. 

Les montées me semblent de plus en plus longues, à Jeremy aussi d'ailleurs, la montée vers le signal se fait dans le blizzard, c'est costaud, voir très costaud. Nous arrivons en haut, enfin nous le pensons car aucune trace du signal. Pour ma part 930m d'altitude je ne suis jamais monté aussi haut en courant. 

Maintenant place à la descente qui doit nous emmener au prochain ravitaillement. Les descentes sont assez dures, enfin pour moi, je ne sais pas si c'est a cause de mes pieds à 10h10 mais je galère et mes chevilles n'arrêtent pas de tourner, sans compter les glissades. D'ailleurs Jerem glisse à un moment et me tape dedans, aucun de nous deux n'est tombé, un miracle. 

On se demande où en sont les autres derrière en imaginant Remi pester contre Jerem qui l'a embarqué dans cette aventure. 

42km 5h25, nous passons le marathon, pour le moment ça se passe plutôt bien, puis dans une descente Jeremy à un peu d'avance je glisse et tombe pour la deuxième fois de la course. Je repars, je l'ai toujours en visu et je tombe à nouveau. Là je ralenti l'allure, je ne souhaite pas prendre de risque. 

J'arrive sur une portion de route en descente totalement gelée et je tombe une nouvelle fois. Trois chutes sur moins de 2km. A ce moment, plus question de reprendre Jeremy, je ralenti et l'objectif sera de finir sans accro. 

45km 5h51' 1552 de D+ depuis le départ, Jerem passe lui en 5h32 je l'ai pas vu sur le ravitaillement. Je ne pense pas le revoir maintenant sauf s'il explose ce dont je doute au vu de sa forme du jour. 

Prochain ravitaillement dans 10km, c'est parti, je vous avoue que j'ai hâte que le jour se lève même si ce n'est pas prévu pour tout de suite. 

pub

La partie devient plus roulante malgré quelques belles montées par moment. Le parcours glisse moins ce qui n'est pas pour me déplaire mais pour autant je reste en allure tranquille. Mon objectif maintenant finir sans me faire doubler par les potes. Je prends de nouveau une pâte de fruits et quelques energy ball.

50km 6h36 dans 5km c'est l'avant dernier ravitaillement, ça commence à sentir bon quand c'est comme ça. 

Les kilomètres passent, je ne me souviens pas trop de cette portion, juste qu'au 53ème kilomètre un panneau nous indique arrivée dans 25km. Personnellement, cela m'a donné le sourire car là c'est gagné, je verrais l'arrivée sans problème. 

A l'approche du ravitaillement, j'entends une voix, c'est Sophie que j'ai vu dans la salle au départ  qui participe en relais cette année. Elle me double en m'encourageant, je sors de mon mode touriste et je la rattrape pour papoter un peu avec elle. Je passe les deux kilos en 6'34 et 6'27.

55,9km 7h21' nous arrivons au ravitaillement, de son coté elle passe le relais quand moi je rentre dans la salle, prends un thé et deux clémentines. Je suis trop content de voir cela au ravitaillement. 

Me voila reparti en marchant et en buvant mon thé, tout en épluchant ma clémentine. Maintenant nous allons avoir plus de route que de chemin ce qui n'est pas pour me déplaire. Ma seule crainte, que les routes soit gelées mais pour le moment tout est ok. 

Prendre du thé au ravitaillement c'est hyper agréable en revanche je ne compte plus le nombre de pause pipi depuis le départ^^

L'ambiance de course est vraiment sympa, je ne sais pas si c'est le fait d'être déguisé mais je discute avec beaucoup de monde, certains me demande pourquoi cette tenue, j'explique alors que c'est pour le fun, mais je parle aussi de l'association HAROZ qui vient en aide aux enfants hospitalisés, cela permet un échange pendant la course et c'est super sympa. 

Dans une montée où je marche un coureur s'arrête à coté de moi, Mario qui était meneur d'allure 4h sur le marathon de Deauville et qui a réalisé un 3h59'52'' bien joué meneur.  Nous discutons quelques minutes ensemble, un moment d'échange bien sympathique.  

l fait jour maintenant, j'en profite pour sortir mon téléphone, j'envoie un message à ma femme, je fais une petite vidéo. Et je prends le temps de regarder où en sont les copains au ravitaillement du 56ème que j'ai passé il y quelques kilomètres maintenant 

  • Jeremy : 6h46' -35'
  • Guillaume : 7h36 +15'
  • Sylvain, Remi et Bertrand ne sont pas encore passé

Dans ma tête, seul Guillaume peut encore me rattraper sachant qu'il est parti 15' après moi. Le parcours étant plus roulant, je décide de courir un peu plus sans forcer pour autant et de voir après le dernier ravitaillement ce que cela va donner. 

Pour arriver au ravitaillement, nous effectuons un demi-tour une fois arrivé car nous croisons les coureurs dans l'autre sens. 

65,4km 8h34' un arrêt assez rapide, le temps de ranger mon bonnet, ma frontale, de sortir mon bandeau rose, et quelques pates de fruits. Je repars, avec comme depuis le départ, un thé et une ou deux clémentines. 

Sur la partie où l'on se croise, je vois Damien avec qui j'ai parcouru quelques kilomètres sur l'ultra marin et qui habite aussi la région rennaise.  Vu son allure, je pense qu'il devrait me rattraper et j'espère qu'on partagera la fin de course ensemble. 

70km 8h45, il reste 8km, l'avantage d'avoir mis le parcours dans la montre c'est qu'elle estime le temps restant en fonction de l'allure de course et du profil, elle m'indique 1h04'. J'en profite pour regarder où en sont mes potes sur le ravitaillement du 65ème pour savoir si je dois accélérer ou si je peux finir tranquille. 

  • Jeremy : 7h48' -46'
  • Guillaume 8h56' +22'
  • Sylvain, Remi et Bertrand ne sont pas encore passés. 

Jeremy est clairement en avance et continu d'accentuer celle-ci, j'ai réussi à reprendre du temps à Guillaume, je ne pense pas qu'il me reprenne 22' sur les 8 derniers kilomètres et décide de finir sans forcer. 

Il reste 7km quand Damien me rattrape, on se mets à marcher et on discute tranquillement ensemble, sur la course, comment nous sommes venu, comment nous allons repartir si nous travaillons lundi ou pas...Bref un beau duo de touriste^^

pub

On arrive maintenant face à une montée, celle du viaduc. Il paraît, j'avoue ne pas me souvenir d'avoir vu un viaduc mais cette montée elle est juste horrible, on pense ne jamais la finir. On rigole avec un autre coureur qui nous propose de faire un fractionné en cote, on lui dit ok tu y vas on te rejoins, il n'en fera rien du coup nous non plus,...ça nous arrange. 

Nous pensons arriver en haut après un virage à gauche mais non, toujours pas, interminable je vous dis. 

75km 10h02'28 plus que 3km et c'est fini, nous venons de passer cette dernière difficulté quand une nouvelle montée nous fait face, plus petite mais l'agacement est là. Enfin, nous descendons avec des escaliers tout ce que je déteste sur une course. 

La fin du parcours est assez étrange, on descend sur les quais pour remonter quelques centaines de mètres plus loin et longer la rocade. J'avoue ne pas comprendre, il n'y a pas moyen de passer dans Lyon de faire une fin plus touristique? 

Nous passons la passerelle pour rejoindre la salle, mais non, nous devons faire le tour de celle-ci, c'est vraiment rajouter un kilomètre. A ma grande déception, pas de boulangerie j'aurai kiffé m'arrêter et franchir la ligne avec une baguette. 

8,3km 10h25'20 C'est fini, l'entrée dans la Halle Tony Garnier, le speaker annonce les arrivants, voilà une bonne chose de faite. Je retrouve Damien, puis Jeremy. On se félicite après une course dans des conditions bien galère tout de même. 

Direction la douche froide puis les osteos. Ensuite je retrouve les potes, voici les temps de chacun : 

  • Jeremy : 9h11'25"
  • Guillaume: 10h45'12"
  • Sylvain : 11h07'10"
  • Remi : 11h23'46"
  • Bertrand : 11h37'47"

Nous sommes tous finisher de cette SaintéLyon, une belle aventure, nous prenons ensuite la direction des plateaux repas. Et nous nous tenons informé de la performance de Gilles qui était avec nous au Mont-St Michel et qui signe un RP en 3h17 sur le marathon de la Rochelle. 

Conclusion :

On m'avait prévenu que la SaintéLyon c'était l'enfer, des conditions extrêmes chaque année, que cette course mythique ce n'est pas du trail mais ce n'est pas de la route. Personnellement, je vois plutôt cette course comme ça:  "Ce n'est pas du trail pour un traileur mais ce n'est pas de la route pour un routard"

En revanche, il n'y a pas de passage trop technique sur cette course, ce qui la rend "accessible" pour se lancer dans l'ultra trail. 

Concernant les conditions, c'était certes costaud mais principalement dû au verglas, la neige ne m'a pas dérangée plus que cela et je n'ai pas eu froid de toute la course. 

Sur l'organisation, j'ai envie de dire Respect et BRAVO, tout était parfait, du retrait des dossards aux ravitaillements, des bénévoles au top, des douches à l'arrivée (chaudes ça aurait été encore mieux), des kinés , des ostéos, le repas, les dotations avec le maillot de finisher, la médaille, les lacets Gorilla au retrait des dossards,....Allez si je dois faire deux critiques: la fin de parcours un peu inutile ce dernier kilomètre et le bordel pour sortir de la salle du départ. 

Je vous invite à participer à cette course mythique qu'est la SaintéLyon, entre trail et route, plaisir et galère, mais au bout une vraie fierté d'avoir participé à ce monument de la course à pied en France.

Je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures en solo et aussi avec cette équipe de choc surement pour un nouveau off en 2022. 

Mon matériel sur cette course : 

Mon matériel sur cette course :

Chaussures : Asics Trabuco Max (test à venir)

Chaussettes: compressport Ultra trail

Maillot manches longues : Brubeck Merinos

Maillot manches courtes aux couleurs d'Haroz

Veste compressport : Winter Insulated 10/10 (test à venir) 

Montre Garmin fenix 6 pro (test ici)

Sac  : Osprey duro 6 

Buff Dryflx R-Blue

Ceinture Sammie trail

Nutrition Overstims (Code de réduction DAMIEN OV 20% de réduction dès 39€ d'achat avec fdp offert)

Collant et Tutu 

 

Partager cet article

Commenter cet article

C
Haha, une arrivée sous l'arche avec une baguette aurait été mythique !!!
Bravo Damien !
Répondre
R
mais trop la prochaine fois je demande à l'orga de nous faire passer devant une boulangerie ^^