L'Ultra Marin: les pièges à éviter !

26 Juin 2022 , Rédigé par Runner Life Publié dans #ultratrail

L'Ultra Marin, un des plus gros évènement Breton en trail avec tous types de distances: de la marche Nordique 30km au 175km en passant par 100km et 56km, de quoi satisfaire tout le monde.  L'Ultra Marin c'est plat, c'est même très plat mais ce n'est pas évident pour autant, il y a quelques pièges à éviter. Je vais vous faire part de mon expérience perso sur cette course avec 3 participations: le 87km qui est devenu un 100, le 175km avec un abandon et une fois finisher. 

L'Ultra Marin: les pièges à éviter ! 

Le sac: première erreur ! 

Vous vous apprêtez à partir pour 175km, autant dire quelques heures de course et votre sac peut vite se transformer en ennemi.  Je ne sais pas pour combien d'heures vous allez partir mais avoir un sac pendant 1h ou pendant 20-30-40h ce n'est pas la même chose. Vos épaules, votre dos, vos hanches peuvent prendre cher, sans compter que le poids de votre sac fatigue vos jambes également. 

Voici le liste du matériel obligatoire que vous devez avoir dans votre sac : 

  • pièce  d’identité, 
  • téléphone  portable, 
  • couverture  de  survie,
  • gobelet individuel 15cl,
  • kit couverts,
  • 1.5L d’eau,
  • réserve alimentaire,
  • bande élasto de 6/8cm de largeur,
  • lampe frontale, piles de rechange ou chargeur USB,
  • brassard rétro réfléchissant,
  • veste coupe-vent,
  • dossard,
  • puce sac. 
  • Si il y a une utilisation de bâtons de marche, les embouts sont obligatoires pour couvrir les pointes.

Déjà, lorsque vous avez mis tout ça dans votre sac, il commence à faire son poids ! Sur mon premier Ultra marin, j'étais parti beaucoup trop chargé ce qui m'avais fatigué et donné des douleurs dans le dos également, peut-être même à l'aine (cause de mon abandon) Sur le deuxième, je suis parti moins chargé mais je pense que j'en avais encore trop ^^

pub

Je vous conseille de partir avec la liste de matériel obligatoire et quasiment rien de plus. Vos ravitaillements bien sur mais pas besoin d'en avoir des tonnes, vous avez ce qu'il faut assez régulièrement sur la course. Prenez de quoi refaire de la boisson énergisante en sachet c'est plus pratique par exemple. 

N'oubliez pas non plus que vous pouvez laisser un sac quelques kilomètres après le bateau. Vous êtes au stade d'Arzon, vous avez la possibilité de récupérer un sac où vous avez mis des affaires propres, des ravitaillements pour recharger votre sac au cas où. 

N'hésitez pas à peser votre sac, et n'oubliez pas que vous avez l'eau à rajouter.

Quid des chaussures ? 

L'ultra marin à un parcours ultra roulant, avec beaucoup de changements de surface. Vous avez certes beaucoup de chemins mais à cette période de l'année et selon les conditions climatiques, les jours précédant vous avez quand même peu de chance d'avoir beaucoup de la boue sur votre parcours. 

L'an passé, je l'ai fait avec des chaussures de route, bien sur quand je dis chaussures de route ce sont route de chemin, ne partez pas avec des plaques carbone non plus^^ Vous pouvez également prévoir de changer vos chaussures à mi parcours. 

L'essentiel à mon sens est de prendre des chaussures dans lesquelles vous êtes bien, car vous allez passer quelques heures avec celles-ci aux pieds. 

Chaussures - Textile

Les ravitaillements:

Vous êtes ici sur une épreuve longue durée, vous allez passer une nuit voir deux nuits à courir/marcher, il est donc important de s'alimenter. Comme dit avant, vous devez avoir un minimum sur vous mais les ravitaillements sont assez nombreux et copieux. 

Prenez votre temps pour vous hydrater, manger un peu, repartez tranquillement en marchant, vous avez l'impression de perdre du temps mais vous êtes parti pour un bon moment et les secondes que vous pensez perdues ne le sont pas forcément. 

Sur les ravitaillements, il y a du choix: eau, coca, eau gazeuse, fruits, fruits secs, chocolat, tuc,....Profitez-en , en plus, les bénévoles sont au top, ils prennent soin de vous.

Fractionnez vos objectifs!

Votre objectif c'est la ligne d'arrivée au port de Vannes mais pour cela, il faut passer des étapes, ne visez pas directement celle-ci mais de petits objectifs 

Personnellement, mon premier objectif c'était d'arriver au bateau (82km) une première étape assez loin mais normalement vous devez être bien quand vous arrivez ici. Je m'étais aussi fixé de traverser avant la fin de la nuit. Cela dépend de votre objectif final. 

Ensuite, mon deuxième objectif c'était la salle de sport, où j'allais retrouver ma femme, pouvoir me changer. J'ai dormi 20' également avant de repartir. Après c'était la barrière des 100km puis le prochain ravitaillement, puis les 120km et ainsi de suite. 

Pas de dénivelé ne veut pas dire pas de difficulté. 

Cette course est vue par certains comme sans difficulté car le D+ n'est que de 1450 sur 175km. C'est sur que nous ne sommes pas en montagne, cependant cela veut dire que le parcours est roulant et que vous avez toujours envie de courir ou presque contrairement à la montagne où quand vous avez une montée vous marchez. 

L'autre point qui me semble important ce sont les changements de surfaces: chemin de GR avec racines, parfois propres, les plages de sable, de galets, des escaliers, les difficultés sont là, les changements de surfaces, mais aussi dans la distance 175km ce n'est pas rien ! 

Gardez votre lucidité:

L'épreuve est longue, plus vous allez mettre du temps, plus cela va devenir compliqué et vous allez perdre en lucidité. C'est là qu'il faut savoir poser les choses pour ne pas faire n'importe quoi et prendre le risque de trop. 

Ce n'est pas facile, un manque de lucidité peut vous faire louper un balisage, prendre une racine, louper une marche, vous faire continuer alors que votre corps dit stop. 

En 2017, j'ai abandonné après 156km, il me restait un semi à parcourir, ce n'est rien un semi mais quand vous avez déjà passé une nuit dehors plus de 25h d'épreuve, fait un malaise vagal, il faut parfois dire stop et laisser quelques années passer pour revenir plus fort et finir ce que vous aviez commencé. 

pub

La météo a son rôle à jouer 

Les  conditions climatiques sont aussi importantes sur une telle épreuve, n'hésitez pas à prendre une casquette, peut-être pas sur la première partie mais en avoir une dans votre sac d'assistance peut-être intéressant comme de la crème solaire. 

Vous avez la chance d'être en Bretagne et donc il est possible d'avoir les 4 saisons sur une seule et même journée ^^. L'an passé par exemple, au départ, les conditions étaient parfaites, la première nuit a été compliquée au vu de la pluie que nous avons eu et une fois le jour levé en journée nous avions bien chaud. 

Pour ceux qui ont passé une deuxième nuit, ils ont connu encore la pluie de façon "sympathique" j'étais content d'être arrivé. 

Prenez du plaisir 

Le plus important, profitez de votre course, des paysages, .... Vous allez souffrir à un moment ou un autre , mais c'est aussi cela qu'on vient chercher, on souhaite se dépasser, et cela va passer par des moments où vous serrez dans le dur. 

Ce n'est pas facile mais faites le dos rond, essayez de ne pas râler cela vous fait dépenser de l'énergie alors que vous en avez besoin pour avancer. Cherchez des encouragements auprès de vos proches, passez un coup de téléphone,...

 

Je vous souhaite une belle aventure et amusez vous bien. Normalement je serais par endroit pour vous encourager. 

 

Mon matos sur cette course :

Chaussures : Triumph 18 (test ici)

Chaussettes : La chaussettes de France

Sac Osprey duro 6

Montre Garmin fenix 6 pro (test ici)

Maillot : t-shirt technique aux couleurs d'haroz

Manchons de cuisses : Compressport under control quad (test à découvrir ici)

Bandes de tape

Collants et tutu ^^

Nutrition Overstims (Code de réduction DAMIEN OV 20% de réduction dès 39€ d'achat avec fdp offert

 

Partager cet article

Commenter cet article