Marathon de Paris 2022 : étude du parcours

28 Mars 2022 , Rédigé par Runner Life Publié dans #marathon

C'est la dernière ligne droite avant votre objectif que vous préparez depuis plusieurs semaines maintenant tout en suivant rigoureusement votre plan ou pas ^^ . Ce marathon sera pour certains le premier, pour d'autres l'occasion d'essayer de battre leurs records, de partager un moment entre amis, mais cela peut aussi être l'objectif d'une vie de finir un marathon. 

La préparation est une chose, mais il ne faut pas mettre de coté l'étude du parcours afin d'essayer de visualiser au mieux sa course. Ayant participé à l'édition 2021 et le parcours étant le même en 2022, voici mon analyse sur ce parcours. (Mon marathon de Paris 2021)

Marathon de Paris 2022: étude du parcours 

Le profil du marathon de Paris :

Le parcours de Paris n'est pas ultra roulant pour un marathon mais il n'a rien d'insurmontable. Certains vous dirons que c'est un marathon compliqué, avec un parcours difficile mais tout est relatif. Si vous le comparé à un parcours comme Berlin, en effet, il est plus compliqué mais si on le compare à d'autres marathons français comme celui de Cernay la Ville (qui est le premier marathon de l'année) le parcours vous semblera très facile.  A Paris, il faut surtout avoir en tête le 34ème kilomètre qui peu vous faire très mal. 

Le piège du départ 

Quelque soit le marathon, le départ est le premier piège à éviter et je trouve que c'est encore plus vrai à Paris. Vous êtes sur l'avenue des Champs Elysées qui est en faux plat descendant, rajoutez à cela l'euphorie du départ, l'ambiance, le public qui vous encourage et vous voilà sur les premiers kilomètres parti trop rapidement. La prudence est donc de rigueur et réussir à partir à l'allure cible sera la clé pour une fin en beauté.  

 8km première difficulté 

Vous venez de passer la place de la Bastille, qui est un point facilement repérable, vous êtes au 7ème kilomètre, dites vous que dans quelques centaines de mètres vous allez prendre un faux plat montant.  Vous allez tourner à droite rue de Reuilly (8km) et vous voilà parti pour une montée d'un peu plus d'un kilomètre.  Normalement vous n'allez pas rencontrer trop de difficulté à cet endroit, vous venez de partir donc si vous êtes dans le dur c'est mal barré^^. L'idée est d'essayer de ne pas gaspiller de force dans cette côte et de la passer tranquillement sans se mettre dans le rouge.  

pub

Eviter le piège de Vincennes ( 10-17km)

Vous venez d'avoir une bonne descente, juste après le rue Reuilly, cette descente vous amène dans le bois de Vincennes qui sera une alternance de faux plats montants et de petites descentes. Cela ne parait rien sur le papier mais il faut faire attention, ici vous aurez moins de public ce qui vous permet de vous centrer sur votre course et de rester concentré sur votre objectif. Attention à la dernière petite montée du 15-16ème. Ensuite, vous êtes tranquille jusqu'au semi marathon où le parcours sera descendant. 

Attention sur le pouvoir du public ! 

Vous sortez de Vincennes où le calme règne, pour retourner dans la folie de l'ambiance du marathon de Paris. Attention, il est très facile de se faire emporter par cette ambiance et d'accélérer sans forcément s'en rendre compte. Le pouvoir des encouragements du public, de la musique cela vous boost mais attention à rester calme malgré tout. 

Les tunnels 

S'il y a un passage que je n'aime pas personnellement sur le marathon de Paris ce sont bien les tunnels qui longent les quais de Seine. Vous êtes bien à l'extérieur, avec un peu de chance il fait beau, et d'un coup après une descente vous vous retrouvez dans la noirceur d'un tunnel, cela peut provoquer des sensations étranges, vous passez d'une luminosité maximum à la pénombre et vous avez l'impression que l'air est moins présent, comme oppressé. La sensation ne dure que quelques secondes mais ce n'est pas agréable. Une fois habitué, c'est le moment de sortir et là c'est l'effet inverse, votre vision passe du noir à la lumière, rajoutez à cela un petit faux plat pour sortir des tunnels . Vous avez vite fait d'y laisser des plumes. 

30km: le mur mais de l'ambiance 

Le fameux mur du 30ème, une légende pour certains, un vrai calvaire pour d'autres. Ce que je retiens de ce moment, c'est l'ambiance. Je trouve qu'à ce moment il y a vraiment beaucoup de monde et une ambiance de folie, le gens hurlent, vous encouragent, certains font quelques mètres avec vous. C'est l'euphorie qui vous guettes. 

32-35km le vrai mur est là !

Je ne sais pas si les organisateurs ont décidés de représenter le mur de façon réelle mais cette portion de 3km va décider de la fin de votre marathon. Vous commencez à être plus ou moins dans le dur, la fatigue de l'effort commence à se faire sentir. Vous êtes en très léger faux plat montant qui annonce LA difficulté de ce parcours. Après un virage à droite, vous arrivez sur le  Boulevard Exalmens pour une première montée que quelques centaines de mètres. 

pub

Vous arrivez sur du plat mais attention, ici c'est double dose et la deuxième est plus compliquée que la première. Vous arrivez sur le  Boulevard Suchet et vous en avez pour un peu plus de 500m. C'est ici que j'ai explosé en 2021, attention à bien gérer cette double montée car vous pouvez y laisser des plumes. N'hésitez pas à ralentir un peu, les quelques secondes que vous allez perdre, vous devriez les gagner juste après. 

35-39km profiter de la descente 

Vous entrez dans le bois de Boulogne, si vous avez bien géré jusque là, vous allez pouvoir profiter du profil descendant du bois de Boulogne. L'ambiance redevient calme ce qui peut être étrange, il y a quelques groupes de musique mais globalement, l'euphorie ce n'est pas ici.  

Le final ! 

Vous y êtes, il ne vous reste que quelques kilomètres avant d'atteindre la ligne d'arrivée ! Attention les derniers kilomètres ne sont pas les plus simples pour plusieurs raisons. La première, vous êtes fatigué, vous venez de faire 40km ce n'est pas rien, la deuxième, la fin du parcours est en très léger faux plat. 

Il y a cependant des points positifs qui équilibrent la balance, bien que vous êtes dans le dur, l'euphorie de l'arrivée vous aide, vous gagnez, vous savez que vous allez devenir marathonien.  Rajoutez à cela le public qui vous pousse sur les derniers mètres et vous retrouvez l'énergie nécessaire pour passer la ligne d'arrivée.

Vous êtes Marathonien ! 

Maintenant que vous savez tout sur ce parcours, vous n'avez plus d'excuse et n'oubliez pas de profiter de Paris, de ses monuments, de son ambiance.  

Partager cet article

Commenter cet article