Ultra Marin j'ai pris ma revanche ! Il faudra faire la belle

11 Juillet 2021 , Rédigé par Runner Life Publié dans #ultratrail

L'ultra Marin, une course qui me fait rêver depuis bien longtemps et encore plus depuis mon échec en 2017. J'étais ultra motivé pour cette nouvelle édition pour enfin prendre ma revanche sur mon abandon. 

Vendredi 2 juillet 

Après une matinée à être en stress, c'est l'heure de prendre la route direction Vannes. Après 1h15 de route environ, nous arrivons à l'hôtel. Il est 14h45, on prend le temps de se poser un peu et j'en profite pour prendre mon repas du midi. J'avais décalé celui-ci exprès en vue du départ à 19h

15h45 environ c'est le moment de mettre ma tenue fétiche: collant et tutu. Avant cela, il faut que je mette mes manchons de cuisses et là c'est le drame !! Je n'en trouve qu'un seul ! Ma femme me demande si je suis sûr de l'avoir pris ? Mais oui, j'en suis sûr et le doute commence à s'installer, je vide mon sac, je vide mon sac d'assistance, je retourne à la voiture rien. Je vais faire qu'avec un seul manchon tant pis. 

Au moment de charger la voiture, ma femme cherche dans le coffre, soulève un sac et trouve mon manchon, ouf !! Je retourne me changer du coup ^^ Ca commence bien !

Arrivée au port de Vannes, place au retrait des dossards: tout se passe très bien, vérification du pass sanitaire, on nous remet le dossard, la puce pour le sac, le bracelet d'assistance à ma femme pour lui permettre de venir sur les ravitaillements.

Ensuite, dépôt du sac d'assistance au stade de la Rabine, je croise pas mal de têtes connues: Medhi, Damien que je vais croiser sur le parcours et le célèbre Bilip avec qui j'avais fait une partie en 2017, nous étions les deux seuls déguisés au départ cette année là et je pense être le seul cette année^^

Il est 17h45 environ, le départ est dans 1h15, on se pose tranquillement sur le port avec ma femme en attendant le départ.  Elle me remet une photo de mes filles qui se sont déguisées avec ma tenue, je vais la mettre dans mon sac cela me fait énormément plaisir. 

pub

Une mamie nous interpelle, elle est fan de ma tenue visiblement et me demande combien de kilomètres je vais courir, si j'ai l'habitude de faire cela...Elle part et elle revient avec les mêmes questions^^ elle  nous aura fait sourire au moins. 

 

18h30 nous pouvons rentrer dans nos sas de départ qui seront lancés toutes les 2'. Je croise quelques têtes connues comme Elisaisrunning, mais aussi Jeremy,...le départ n'est pas tout de suite. Je prends le temps de m'asseoir sur le sol, ferme les yeux et pratique quelques exercices de relaxation. 

18h50 je lance la recherche gps et lance également la fonction livetracks pour le suivi en direct pour ma femme et quelques amis. 

18h55 le speaker est bouillant, tout le monde est debout prêt à en découdre, de mon côté je suis toujours assis tranquille. Pas besoin de lâcher des forces tout de suite je reste focus sur mon objectif: finir. 

19h00 le premier sas est lancé, le départ approche, je suis debout en première ligne de mon sas. Le deuxième sas part, je lance ma montre un peu en avance et c'est à nous de partir. 

Beaucoup de public sur le départ, la mascotte, les speakers, tout le monde est au taquet. Je n'arrive pas à voir ma femme qui a bougé. Et nous voilà lancé pour une aventure de 177km. 

Je suis parti avec un tape sur le tendon droit car depuis deux semaines il me gène vraiment sur mes runs. C'est d'ailleurs pour cela que j'avais ralenti. Ma hantise c'est qu'il me gène vraiment et que je sois obligé d'abandonner une nouvelle fois. 

Concernant les objectifs que je me suis fixé: le rêve serait d'approcher des 24h et je me dis max 30h mais l'important sera de finir. 

Les premiers kilomètres le long du port sont faciles, le terrain est plat, le départ est rapide peut être un peu trop même si je suis dans les 5'50 sur le premier kilo. 

5 km 31' nous quittons les routes et la portion pour rentrer sur des petits chemins de terre bien propres, pour le moment aucune difficulté à signaler. Le temps se lève même un peu ce qui nous permet de profiter encore plus du paysage. 

Le départ en sas, même avec une petite minute de décalage, permet une meilleure fluidité sur les premiers chemins et aucun bouchon à signaler. 

Je me force à boire dès le départ de la course et je vais essayé de manger le plus régulièrement possible toutes les heures minimum: pâte de fruits ou barre. 

13,7km 1h23'56 au pointage du premier ravitaillement. Nous sommes sur un ravitaillement "liquide" comme indiqué par l'orga, c'est à dire de l'eau, du coca, de la St-Yorre. Je m'arrête pour boire un verre de coca et je reprends mon chemin. 

Je croise ma femme pour la première fois sur la course qui est là pour me soutenir et m'accompagner. Ca fait plaisir de la retrouver un petit bisou et on continu le chemin. Elle me donne deux nouvelles photos, je comprend vite que cela sera le fil rouge de la course.  Je découvre ici deux potes avec des messages d'encouragement

20km 2h11 l'allure est un peu plus lente que prévue et je vous avoue qu'à ce moment je ne suis pas confiant pour le reste de la course mon tendon ne semble pas au mieux. Dans ma tête je me dis si ça commence maintenant j'ai pas fini ! Je vais ralentir un peu et faire le dos rond on verra comment cela se déroule. 

pub

On longe la mer et c'est vraiment super agréable, nous avons quelques petits passages sur certaines plages, et quelques passages rocheux. Il faut faire attention à ne pas glisser surtout que j'ai pris des chaussures de route. 

J'ai du mal à renter dans la course je ne sais pas vraiment pourquoi mais pour le moment je ne suis pas vraiment dedans comme si la course n'avait pas vraiment débuté. 

Le déguisement fait toujours son effet et les gens sourient, rigolent et les enfants sont au taquet. J'entends même des "allez le boulangerunner^^"

28,7km 3h04'51 arrivée au deuxième ravitaillement, je vois ma femme qui me dis je t'attends à la sortie de celui-ci. Je prends mon temps pour remplir mes flasques, demande des morceaux de bananes et du chocolat. Je dis bien je demande car interdit de se servir seul pour cause de covid. Seuls les bénévoles sont autorisés à nous servir. Je croise Yoann sur ce ravitaillement, on se connait de Ploeren sur 12h il avait fini premier quand j'avais fait 3ème, un bon souvenir. 

Une petite averse fait son apparition, le temps que je mette ma veste c'est déjà fini^^ . Je retrouve ma femme qui va partir se reposer un peu pour me retrouver demain matin au 88ème. A ce moment ma go pro tombe et boum la protection de l'objectif qui pète^^ Sympa pour filmer le reste de la course. Elle me donne à nouveau deux nouvelles photos.

Je reprends mon chemin et m'arrête un peu plus loin pour retirer ma veste. La nuit va bientôt arriver mais je préfère attendre pour sortir ma frontale. 

35,5km 4h06 de course la frontale est de sortie et je suis enfin rentré dans ma course, je suis bien je cours à une allure correcte et marche dès que le circuit est technique ou que ça monte un peu. Je n'arrête pas de doubler du monde et moralement ça fait du bien. 

J'avais rentré le parcours dans ma montre mais celle-ci sonne à chaque changement de direction et j'avoue que ça me saoul j'arrête donc le parcours. 

41km Baden Toulvern 4h47 nous devions avoir un point d'eau et je ne vois rien arriver. Je continue d'avancé et avec d'autres coureurs nous commençons à se demander s'il y a bien un point d'eau. Les kilomètres avancent 42,43 toujours rien...ça peste un peu dans les coureurs et j'avoue que moi aussi. Comment est-il possible d'annoncer un point d'eau et de ne pas le mettre ? 

Par chance, un groupe de personnes, dont l'une joue de la guitare, propose de l'eau aux coureurs. Ils ont plusieurs bouteilles de verre remplies et ils remplissent les flasques des coureurs. Je leur demande de remplir une de mes flasques. C'est vraiment super sympa de leurs pars.  

52,6km 6h10 Le Bono port, le ravitaillement qui fait du bien,  je continu sur ma lancée, coca, banane, chocolat fromage. Je remplie mes trois flasques car j'étais à sec à l'arrivée. La nuit se passe vraiment bien, j'aime beaucoup courir la nuit et il faut avouer que ma frontale est assez puissante pour pouvoir bien voir où je mets les pieds. 

D'ailleurs; je me demande comment font certains pour avancer sur des parcours techniques avec des frontales qui n'éclairent quasiment rien. Je comprends aussi pourquoi je peux rattraper du monde. 

Rassurez-vous, cela n'a pas empêché mes chevilles de tourner plusieurs fois avec mes pieds à 10h10 et j'ai failli tomber à plusieurs reprises. 

pub

Le prochain ravitaillement est annoncé au 68ème kilomètre, la partie qui arrive est celle qui comporte le plus de dénivelé avec des parties techniques il va falloir faire attention. 

J'arrive à maintenir une vitesse correcte et les kilomètres défilent assez vite ce qui est agréable pour le moral. Nous passons à côté d'une plage, il fait nuit noire à ce moment mais je peux vous dire que l'odeur qui nous arrive dans les narines ce n'est pas de cigarette^^ Avec les autres coureurs nous rigolons car l'odeur est vraiment bien présente. 

Un ou deux kilomètres avant le ravitaillement, c'est le déluge et quand un breton vous dit le déluge c'est que ça tombe vraiment ! Ils n'avaient pourtant pas annoncé de pluie sur cette première nuit mais nous sommes servi, je suis trempé avant même d'avoir le temps de sortir ma veste de pluie. 

67,9km 8h15' Crac'ch Tennis. J'arrive au ravitaillement sous une pluie battante, il y a un barnum avec le ravitaillement et un autre avec des bancs. L'endroit pour se poser est complet, des coureurs s'abritent debout, assis sur les bancs, sur le sol,....Je vais chercher de quoi manger un peu: toujours banane, chocolat, je vais me poser quelques secondes. Je sors mon téléphone et mon port de charge à pris l'eau, de ce fait impossible de charger mon tel tant que celui-ci n'est pas sec....C'est d'un pratique ^^

Les coureurs restent abrités quand moi je repars directement ce n'est pas de la pluie qui m'arrêtera, ni aujourd'hui ni demain ! J'aime me dire de toute façon j'ai la peau étanche^^ Et j'avoue que même si c'est chiant un déluge pareil, j'apprécie car les gens râlent et finalement ça me fait marrer c'est juste de la pluie. 

L'objectif maintenant c'est le 82km qui marque la traversée en bateau. Allez 14km à faire ! Sortie du ravitaillement je loupe une balise et je ne suis pas le seul car je me retrouve avec d'autres coureurs dont Damien que j'avais croisé au départ.  Demi-tour pour tout le monde et on retrouve notre chemin. Il fallait bien se tromper au moins une fois. 

On continue notre chemin sous la pluie, j'échange un peu avec Damien sur nos états, de son coté il est dans le dur il a même un peu de mal à respirer comme une barre au niveau du ventre. De mon coté, les cuisses tirent un peu mais ça va, je suis plus en galère avec ma go pro et mon téléphone qu'autre chose^^

Les kilomètres défilent, la traversée de bateau semble si proche mais l'impression de ne jamais y arriver est là. Nous sommes sur un faux plat montant sur route, je décide de sortir mes bâtons, je l'ai déjà fait sur quelques portions mais là j'ai dû faire une bonne portion sans les ramasser. Je sens que cela m'aide à avancer plus rapidement. J'essaye de soigner ma technique, comme m'a dit mon beau père: bras tendus, et tu pousses bien sur les bras. Il ne pleut plus ce qui est une bonne nouvelle

80,6km 10h14' LOCMARIAQUER KERPENHIR allez un dernier coup de collier et je prends le bateau alors qu'il fait toujours nuit, ça c'était un objectif aussi. Je passe à un rond point, un bénévole me dit encore 1,2km et il avait raison!  J'aperçois l'embarcadère. 

82,4 km10h30'57 LOCMARIAQUER LE GUILVIN Enfin le bateau ! Passage sur la balise ce qui arrête notre chrono. Je remplis mes flasques avec le point d'eau. Une personne vient me mettre un poncho et un gilet de sauvetage.  On nous compte en nous disant d'avancé sur le bateau. On monte chacun notre tour et arrive mon tour, la personne me dit nous sommes complet. Son collègue lui sort tu vas me le laisser là? allez monte. Je me retrouve assis sur le boudin du zodiac à me tenir à une barre je peux vous dire que j'étais crispé pour ne pas tomber ^^

La sortie du bateau est assez chaotique mes jambes n'en veulent plus. Le jour commence à se lever et la frontale peut être retriée. Maintenant l'objectif c'est le gros ravitaillement du 88ème où je vais retrouver ma femme et je vais pouvoir me changer.  

Je commence à avoir vraiment mal aux cuisses. Damien, qui a pris le bateau après moi me rattrape et nous avançons ensemble jusqu'au ravitaillement en marchant. 

87,3km 11h22 de course, Arzon Stade, j'y suis ça fait du bien de voir ma femme. Je récupère mes affaires, on échange sur les galères de la nuit, la pluie, mon téléphone qui vient de s'éteindre et impossible à charger. Ma femme se charge de le sécher avec un mouchoir tant bien que mal et arrive à le charger. Elle va le garder le temps que la batterie soit pleine mais ça va être plus compliqué pour me suivre pour le coup.

Elle me remet d'autres photos d'encouragement, c'est vraiment super et cela me fait un bien fou de me savoir soutenu de la sorte. Je ne peux même pas regarder les messages de soutiens que je reçois à cause de mon tel HS. 

Deuxième surprise, elle sort une boite à gâteaux d'un sac avec à l'intérieur, des pains au chocolat personnalisés avec mon logo dessus. Une surprise qu'elle a orchestré avec la boulangerie où je vais habituellement ! Quand le #boulangerun vient à toi c'est juste énorme franchement ils déchirent.

Je prends le temps de me sécher, de changer de maillot. Je passe du jaune au bleu nuit, changement de boxer et de chaussettes, en revanche on garde les collants et le tutu !

pub

Damien revient avec son plateau repas, je lui montre mes pains au chocolat, il hallucine. Je vais faire de même et chercher à manger. Au menu, je prends purée, un riz au lait et un pain au chocolat bien sûr. On échange sur le foot Damien découvre sur son tel les rétrogation à titre conservatoire d'Anger et de Bordeaux. j'ai une pensé à ce moment pour Yoyosco grand supporter d'Angers qui sera sur le 58km.

Je vais ensuite faire une chose que je ne fais pas habituellement, je vais m'allonger un peu. J'arrive, tous les tapis sont pris, pas grave, je me place à même le sol, je me dis 20' de sieste. Ma femme vient me réveiller "tu te repose combien de temps ? 20' " je regarde ma montre ça fait déjà 20', j'avais l'impression que je venais de m'allonger. Bon aller, debout et c'est reparti. Prochain ravitaillement 98,5km 

 

J'ai vraiment pris une grosse pause, quasiment 1h23 à la montre ! Je repars tranquillement en marchant pour déverrouiller les muscles et rapidement j'alterne marche et course assez régulièrement.

93,5km Arzon Bilouzi 13h33 encore 5km avant le prochain ravitaillement. J'ai un bon regain d'énergie à ce moment là et j'arrive à bien courir. Le parcours sur cette période est rempli d'escaliers ce qui est un vrai calvaire. 

Il fait bien jour maintenant et je peux profiter à nouveau des paysages magiques qu'offre le Golfe du Morbihan. Avec la pluie, il faut faire attention dans les escaliers en bois et sur les parties avec cailloux car une glissade est vite arrivée. 

J'aperçois ma femme avec Yann un pote qui habite dans la coin. Il m'accompagne sur quelques mètres et me dit qu'il va venir m'accompagner sur quelques kilomètres dans l'après-midi. 

98,9km 14h11 Arzon Proh Neze ici que du liquide, je prends un coca, rempli mes flasques et je repars prochain ravitaillement 100km enfin c'est juste un point d'eau.

Je repars donc, j'arrive encore à trottiner ce qui est cool même si les périodes de marche augmentent au fil du temps. Je n'ai toujours pas récupéré mon téléphone. Il continue de charger tranquillement mais ce n'est pas pratique pour échanger avec ma femme. 

Je double Damien qui est assis et au téléphone j'ai un mauvais présentiment il pourrait passer son coup de téléphone en marchant... 

Les gens sont de plus en plus présents, lorsque nous passons des intersections, c'est agréable de recevoir des encouragements. Dans ma tête, je me souviens il y a 4ans j'étais beaucoup moins frais que cette année et mentalement ça me boost. 

110,4km 15h48' Sarzeau Bernon: arrivée au point d'eau c'est le moment de remplir les flasques. Je prends mon temps et je mange également une barre. Je repars tranquillement, nouvel objectif le ravitaillement du 122ème. Je suis proche de mes temps de 2017, j'avais noté sur mon profil de course 17h10 pour 120km. 

Je commence à penser au départ des 58km qui aura lieu à 17h, je connais plusieurs personnes dessus et je veux prendre de l'avance au maximum pour qu'ils me rattrapent le plus tard possible. Pourquoi? car plus ceux que je connais me rattrapent tard, plus je serai dans le dur et leurs encouragements me feront du bien. 

Les paysages défilent et on croise toujours les mêmes coureurs, ils me doublent et je les double un peu plus loin et ainsi de suite, c'est assez rigolo. Cependant, par moment on se sent un peu seul au monde, personne devant, personne derrière en visuel et cela pendant plusieurs minutes. 

pub

Mentalement je suis bien, physiquement moins^^ Les cuisses commencent à bien tirer, et j'ai une bonne douleur dans le milieu du dos qui me gène par moment. 

120,2km 17h20 Sarzeau Kerbodec j'ai 10' de retard sur mon temps de 2017 c'est ouf d'être aussi proche tout de même sur une telle distance ! La Différence cette fois-ci, je vais aller au bout. 

Je retrouve ma femme au ravitaillement accompagnée de Frédérique une pote de Nantes que j'ai l'habitude de croiser sur les courses et qui était sur l'ultra marin en 2017. Je vais prendre mon verre de coca habituel, mes bananes et du chocolat comme depuis le départ. Je remplis mes flasques.

Deux kinés sont présents sur ce ravitaillement, je décide d'allé les voir pour mon mal de dos et mes cuisses. Je dois retirer mes collants et mon tutu. La kiné me demande où j'ai mal, je lui explique, c'est une étudiante, elle demande l'avis à son collègue. Il me passe un pouce sous les côtes, "vous avez mal ? Euh c'est pas super agréable ^^" Ils me font un soin au niveau des côtes et rien pour les cuisses car pas de massage "protocole covid oblige" Bon j'avoue que je ne comprends pas, en gros la personne peut te toucher pour te soigner, peut te faire un massage, des pouces sous les côtes mais pas les jambes ni les cuisses car c'est du confort et c'est interdit par le protocole covid^^

J'échange avec un coureur en attendant le kiné et qui me demande si j'ai perdu un pari, je lui dis que non, c'est ma tenue habituelle, que je représente l'association Haroz en lui expliquant ce qu'ils font. 

Je les remercie car le protocole ce n'est pas de leur faute et ils ont été supers cools. Je remet mes collants et mon tutu et entre temps, Yann est arrivé pour m'accompagner. Je le chambre en lui disant "j'espère que tu es chaud car on est parti pour faire du 5 au kilo ^^" Ma femme me redonne mon téléphone chargé.

Nous sommes parti en marchant et nous sommes à 5 au kilo mais 5km/h ^^.  Mine de rien, ça fait plaisir d'être accompagné et de pouvoir parler car depuis le début je suis quasiment en solo. Le prochain ravitaillement 133km et après 147. Les deux portions qui arrivent ne sont pas les plus intéressantes du parcours. 

On retrouve beaucoup de passages sur route qui passent à côté de la nationale ce qui n'est pas ouf. Dans les descentes, Yann m'encourage "allez ça descend, on trottine" je le fais mais les cuisses tirent de plus en plus. J'avance de moins en moins vite. Je décide de sortir les bâtons pour m'aider à marcher plus vite et ça fonctionne même Yann me le dit, ça change le rythme. 

On retrouve le GR34 avec vue sur la mer, j'adore ce paysage et sur cette partie nous n'avons pas beaucoup d'escaliers ce qui est plutôt agréable^^. 

133,7km 19h40 Le Hezo Ecole vert marine, pareil, un coca et banane, le prochain point est à 138 avec un point d'eau. Avec Yann on reprend notre Chemin. Enfin plutôt notre route car là, ça va être de la route à bloc. 

pub

Nous faisons face à de belles lignes droites et par moment quelques petits chemins se présentent à nous. On admire les propriétés, certaines sont vraiment somptueuses avec vue sur la mer. Je ne fais quasiment que de la marche maintenant.

Au détour d'un chemin, j'aperçois au loin deux personnes en train de crier avec un drapeau breton, j'ai le smile direct je sais que c'est Remi et Sylvain. Remi qui avait fait le trip Chateaubourg-Mont Saint-Michel avec 70km de course et 37 de vélo et Sylvain qui nous avait accompagné sur 42km environ. Ils étaient sur le 100km hier et semblent en pleine forme pour leur premier 100. Ils sont accompagné de leurs femmes et enfants et de ma femme.

Devinez quoi ? Ils m'ont apporté des viennoiseries ! Au menu: pain au chocolat, croissant et abricotine. Je prends une abricotine que j'avale en 2 secondes. Ils hallucinent sur la vitesse à laquelle je mange cela. Avec Yann, on reprend notre chemin. 

Nous passons le point d'eau du 138ème et direction le gros ravitaillement du 147ème. Yann continue de m'accompagner.  

Un peu plus loin, Yann a garé son camion et on y retrouve toute la clic: ma femme, Remi, Sylvain,....Les encouragements pleuvent. J'ai encore la force de faire le con et je fais une imitation quasiment parfaite de notre pote Jeremy sur notre trip au Mont-St-Michel à l'agonie avec ses bâtons^^

Yann s'arrête à la voiture de ma femme qui lui avait pris son sac et le remet dans son camion. Je profite de la descente qui s'offre à moi pour essayer de trottiner et de prendre de l'avance sur Yann^^ J'arrive à doubler deux coureurs tout de même juste devant moi. 

Nous sommes sur un bonne portion de route, une ligne droite en faux plat montant se présente à nous. Je continue ma marche avec bâtons. Un camion s'arrête à notre hauteur, c'est Nicolas, un pote qui était lui aussi sur le 100km il est ici pour soutenir ceux qu'il connait et un peu plus loin derrière, deux potes à lui sont là également. Il me dit au bout de la ligne droite j'arrête mon camion, j'ai du coca de la St-yorre, des gâteaux ,....

On reprend notre chemin et nous retrouvons Nicolas. Je lui prends un verre de St-Yorre et un verre de coca et nous voilà reparti. 

Ceci est une imitation de notre pote Jerem à bout sur le trop Chateaubourg- Mnt St michel

147,5km 22h47 de course Séné Cousteau, mon RP sur 24h est de 151km j'en reviens pas. Yann me laisse à l'entrée de la salle car il n'a pas le droit d'y entrer, de plus il doit rentrer chez lui il va donc faire demi tour à une meilleur allure^^

Je retrouve ma femme dans la salle et à mon entrée dans la salle, les bénévoles sont au taquet sur ma tenue et m'encourage comme des fous. Je reste sur ma lancée: du coca et de la banane. Je prends mon temps, je change à nouveau de maillot et ma femme me fait un massage des épaules, du dos et des cuisses. Elle me remet aussi des messages écrit par mes miss pour m'encourager. Les larmes me montent. Elle en profite également pour faire son premier pipi depuis 4h du matin^^

Je reprends mon chemin direction le point d'eau du 162ème. Les participants du 58 sont partis depuis 47' maintenant. Je prends mon téléphone et fait une petite story pour motiver ceux que je connais à me rattraper. 

pub

On ne va pas se mentir, courir à ce moment relève de l'impossible, j'arrive à trottiner encore un peu mais c'est quelques centaines de mètres sur 1 kilomètre. 

Un peu après le départ, je vois un mec me dépasser comme une flèche, je lui crie rassure moi tu es sur le 58^^ Je connaissais la réponse mais impressionnant. Je pensais voir le deuxième suivre pas longtemps après mais il y a bien facile 15' qui s'écoulent avant que le deuxième ne me double. 

J'arrive sur des portions de petits chemins et j'avoue que là c'est un peu chiant, d'une part je n'avance pas bien vite mais je m'arrête régulièrement pour laissé passer les gens du 58. Déjà que nous sommes dans les dur donc cela nous coupe les jambes. Par chance, on retrouve des chemins assez larges rapidement. 

156km j'avais abandonné à ce kilométrage il y a 4ans, c'était dans une salle mais le parcours a un peu changé. J'y étais en 25h20 alors que là je suis en 24h18, on voit que même si je suis dans le dur, je ne craque pas physiquement comme il y a 4 ans. 

Je retrouve ma femme qui vient un peu marcher avec moi et à ce moment j'entends crier derrière moi. Je me retourne, je suis sur que c'est Yoyosco49, on se connait par insta et nous avions fait l'Asics Ekiden connecté dans la même équipe: la Team Shifumi. Je lui présente ma femme et il s'arrête marcher avec nous ! Je lui dis mais fais ta course t'inquiète pas pour moi, mais il décide de rester me soutenir. 

Ma femme nous laisse un peu plus loin et prend la direction de l'arrivée. Cela peut sembler dur mentalement vue de l'extérieur de se faire doubler de la sorte par les participants du 58 mais en vrai cela fait du bien car je vois du monde et s'ils n'étaient pas là, je ne verrais personne car les écarts entre les concurrents du grand raid sont conséquents. 

162km 25h56 le point d'eau je remplis mes flasques et j'entends des concurrents du 58 se plaindre que ce n'est pas un ravitaillement. Je leur répond que c'était bien indiqué point d'eau et pas ravitaillement.

Un peu plus loin, j'entends "Runner Life" c'est au tour de Capitain running de me rattraper. Elle me trouve en forme malgré les kilomètres et poursuit son chemin. Yoyo continue de m'accompagner, il a mal au ventre. Il retrouve femme, enfant et un pote à lui donc je continue de mon côté, il me rattrapera facilement.  Et en effet, il me rattrape facilement et me dis je file ça va mieux, je l'encourage et lui dis fonce!

Allez, il reste moins de 20km dans ma tête je fais le décompte, chaque fois que ma montre sonne, un nouveau kilomètre de fait, allez plus que 14,13,...Et enfin 165km il reste 10km bordel plus que 10km Damien tu vas le faire mec !

Je retrouve Nicolas sur le bord de la route il descend de son camion et m'accompagne sur 2km environ avant de faire demi-tour pour aller encourager ses potes derrière. Il me motive et me dit allez tu peux allé chercher un moins de 29h. Il me laisse à l'entrée d'un champ et à la sortie de celui-ci une personne avec un magnifique chapeau Rose en paille des vins d'Anjou me prête son chapeau sur quelques mètres. Il me dit je te le prête mais je le récupère après et il est à bloc à coté de moi à dire aux gens "regardez comment il est beau avec mon chapeau" Je suis encore bien lucide car je reconnais la veste du marathon des écluses. Je lui dis j'ai la même veste du marathon à Laval. 

167km c'est parti on rentre sur une portion de GR, il fait nuit, la frontale est de nouveau sortie et là, nous sommes parti pour un chemin avec à gauche une haie et à droite pareil où un champs sur quasiment 6km le tout en faux plat montant.  Je n'attends qu'une chose c'est de voir le port de Vannes devant moi, mais cette portion me semble interminable. Déjà, je n'avance plus et cette monotrace est un supplice mental. Je rattrape un concurrent et il pense la même chose, une horreur^^

pub

On aperçoit des lumières mais nous n'y sommes pas encore, quand enfin je reconnais le coin même dans le noir, et j'aperçois ma femme. 

173km 28h20 il reste deux kilomètres. Je partage ces deux derniers kilomètres avec chérie, j'ai toujours mes bâtons et je retrouve la civilisation. Le passage sur le port: on passe devant des bars, les gens nous encourage je tape dans les mains. 

Il reste 300m quand la pluie s'invite mais je m'en balance total, j'ai tout de même une pensée pour ceux qui vont passer une deuxième nuit sous la pluie. 

La ligne d'arrivée me fait face, j'avance en marchant, je ne souhaite même pas la franchir en courant, je veux profiter un max de ce moment que j'attends depuis 28h56 voir même depuis 4ans. 4ans que je rêve de franchir cette ligne d'arrivée, alors je savoure le moment et je profite des acclamations du public encore présent.

Je passe la ligne d'arrivée, le chrono affiche 28h57' le temps officiel est de 28h37'22 la différence vient de la traversée en bateau qui est décomptée du temps de course.  

J'avais dis à me femme que j'arriverai au plus tard à minuit et j'ai passé la ligne à 23h57 le timing est donc respecté. 

Seul petit bémol à l'arrivée, le speaker est présent et rien pas un mot, c'est le silence radio, pas de musique non plus. Je trouve cela dommage cette arrivée manque clairement d'animation. 

Je vais récupérer mon lot de finisher, une veste bleue sans manche, pas de médaille ce qui en choc certains. Personnellement, la veste me suffit les souvenirs sont dans la tête. Il se met à pleuvoir bien comme il faut, je pense aux autres coureurs qui sont toujours en course et qui vont se taper une deuxième nuit sous la pluie. 

pub

Je récupère également un ravitaillement: pâtes, gâteau et st-yorre. Ma femme me demande si je veux le manger là ou à l'hôtel, direction l'hôtel j'ai envie de me poser. On descend de la voiture, la chambre est au premier étage, on se partage les sacs avec ma femme elle file devant. De mon coté, je fais un stop sur le premier pallier, la tête me tourne, hop ma femme arrive m'allonge dans l'escalier lève mes jambes ça dure 15secondes et je repars. Heureusement qu'on ne croise personne à ce moment car la situation vue de l'extérieure paraissait vraiment étrange^^ Maintenant place au repas et à une bonne douche. 

Le lendemain c'était Barbeuc entre potes et j'ai même eu le droit à la voiturette du camping où ils étaient pour m'emmener jusqu'au mobil home^^

Conclusion :

Je la voulais cette revanche, 4ans que j'attendais cela mais la date ne collait pas. Chaque fois cela tombe le jour de la fête de l'école et priorité à mes miss. Cette année, je n'avais pas prévu de le faire n'étant pas dispo à la date prévue mais à cause du couvre feu, la date a été décalée d'une semaine et là je me suis dit c'est cette année. 

Je suis content de ma course car j'ai été au bout, mentalement je n'ai pas douté, seuls les 20 premiers kilomètres ont été compliqués, je n'étais pas encore rentré dans ma course et du 168 au 172 ce parcours qui semble interminable mais je savais que j'allais finir. 

Il y a toujours des petites choses à améliorer, je pense pouvoir alléger encore un peu mon sac de course, travailler un peu plus mes cuisses.

Concernant l'organisation de course, globalement il est très bon mais certains points sont cependant à améliorer. On ne peut pas annoncer un point d'eau au kilomètre 41 et ne rien mettre, pour moi cette une faute. Concernant le balisage, il est bon, on pourra toujours dire qu'il est possible de faire mieux, il balisé sur 175km c'est fort. L'arrivée, je pense qu'elle peut être améliorée, j'ai eu de la chance d'arriver alors qu'il y avait encore du public mais certains n'ont pas eu cette chance et si le speaker était aussi motivé qu'à mon arrivée ça promet^^

pub

En revanche, je tiens aussi à féliciter l'organisation car ils ont tout fait pour maintenir l'épreuve, malgré le couvre feu, les normes sanitaires demandées et rien que pour cela je leur tire mon chapeau. Alors oui, tout n'était pas parfait mais c'est aussi ce qui fait le charme d'une telle aventure. 

Pour ceux qui me demandent si le tutu ce n'est pas trop chiant: le tutu il faut le voir comme un short ni plus, ni moins. En revanche, les collants c'est la galère car ils n'ont rien de technique, certains m'ont posé la question en course. Non ce sont des collants à 5€ acheté dans un magasin de déguisement, ils sont épais, ils grattent quand tu es pas habitué, mais je m'en balance quand je vois le sourire des gens, les encouragements que je reçois grâce à cela et surtout les enfants sont au taquet quand ils me voit sur la course, c'est un pur bonheur.

Il ne faut pas oublier non plus que je représente l'association Haroz avec mon maillot floqué avec leur logo et cette association c'est quoi. Ils rendent visite aux enfants hospitalisés déguisés en super héro, alors quoi de mieux que de se déguiser pour les représenter. Mon Tutu et mes collants c'est mon déguisement de super héro à moi. 

Merci à tous ceux qui m'ont envoyé des messages, qui ont essayé de m'appeler, vraiment je n'ai jamais reçu autant de messages, tout se soutien est juste ouf vraiment merci. 

Merci à la Boulangerie qui m'a fait une belle surprise avec ces pains au chocolat ça été juste énorme. 

Merci à Yann de m'avoir accompagné sur quelques kilomètres, à Sylvain, Remi, et leurs femmes d'être venus me voir le lendemain de leurs 100km. YoYosco aussi qui dans sa course a préféré marcher un peu avec moi sur quelques kilomètres plutôt que de se battre pour son chrono. Nicolas qui m'aura aussi accompagné et proposé coca et St Yorre, j'en oublie surement mais merci vraiment à tous.

Une mention spéciale à ma petite femme car si moi j'ai assuré en ayant fini ma course, elle a assuré aussi tout au long de la course pour me soutenir, pour faire le suivi, pour les surprises avec les photos. Merci ma chérie, cette veste de finisher tu la mérite autant que moi. 

Mon matos sur cette course :

Chaussures : Triumph 18 (test ici)

Chaussettes : La chaussettes de France

Sac Osprey duro 6

Montre Garmin fenix 6 pro (test ici)

Maillot : t-shirt technique aux couleurs d'haroz

Manchons de cuisses : Compressport under control quad (test à découvrir ici)

Bandes de tape

Collants et tutu ^^

 

Nutrition Overstims (Code de réduction DAMIEN OV 20% de réduction dès 39€ d'achat avec fdp offert)

Nutrition  Holyfat (test ici)

 

Partager cet article

Commenter cet article

DA ROCHA 13/07/2021 10:17

Bravo à toi :) content de t'avoir croisé au départ (la Licorne) :)

Runner Life 13/07/2021 17:09

Merci :)

La licorne ! Oh mais c'est toi qui était déguisé sur le 58 ! j' t'avais dit rendez-vous à minuit pour l'arrivé je suis arrivé à 23h57^^

ca été de ton coté ?

Gwen 12/07/2021 08:26

Super récit de course. Merci !

Runner Life 12/07/2021 14:47

merci :)

CHANOURDIE Joël 11/07/2021 19:42

Félicitations et merci pour le récit très complet. Au plaisir de te lire à nouveau pour un autre programme.

Runner Life 12/07/2021 14:48

Merci :), je ne manque pas d'idée ^^