Runner Life

Interview d'une podologue du sport

18 Octobre 2016 , Rédigé par Runner Life Publié dans #Conseil

Nous nous sommes tous posé la question devenons-nous porté des semelles ou pas, comment soigner mes pieds, les entretenirs, ....Et bien aujourd'hui je vous propose l'interview de Laurie qui fait partie de l'association Podoperformence. Cette même association qui m'avait fait découvrir taping  lors des 100km de Millau.

Interview d'une podologue du sport

Bonjour Laurie, peutx-u te présenter ?

Bonjour, Je suis pédicure podologue du sport. J'exerce actuellement dans le Gard.

Tu es donc podologue et fais partie de l'association Podoperformance. A ce titre tu dois bien connaître les soucis des coureurs ?

Je suis vice-présidente de l'association podoperformance qui regroupe des podologues de terrains. Nous soignons sur de nombreuses courses comme les 100km de Millau, l'UT4M.... Ce qui nous permet d'être au plus proche des sportifs et de les aider dans leur performance.

Peux-tu nous décrire une visite chez un podologue ?

En cabinet une consultation chez un podologue peut se dérouler de plusieurs manières. Tout dépend du motif de consultation. Pour des problèmes d'ordre "cutané" tel que les ampoules, les ongles incarnés ou hématome sous unguéaux on aura recours à un soin de pédicurie. Pour les soucis d'ordre biomécanique ou postural la prise en charge se fera tout d'abord à travers un examen clinique (analyse statique et dynamique, étude des pressions plantaires, biomécanique de la marche/ du geste sportif...) et si nécessaire par la réalisation d'un appareillage (semelles, orthoplasties, tapes....).

Quels sont les principaux soucis que peuvent rencontrer les coureurs ?

Les coureurs qui viennent nous consulter souffrent le plus souvent de troubles d'ordre musculosquelettiques ou épidermiques. Les troubles musculosquelettiques sont souvent le fruit d'un désordre postural ou biomécanique. Nous recherchons donc l'origine de ces douleurs pour traiter la cause et régler les phénomènes douloureux de façon durable.

On voit souvent les gens parler de mettre des semelles quelle est votre approche sur le sujet ?

"Mettre des semelles" est le dernier maillon de la chaîne. Il faut d'abord analyser le patient dans sa globalité, trouver la cause de sa souffrance avant d'envisager un appareillage de type orthèses plantaires. D'ailleurs les semelles ne sont pas la seule corde à notre arc pour traiter les maux de nos patients.

Cela modifie notre façon de courir et donc les mouvements des articulations cela peut-il aussi engendrer des blessures ?

Le port de semelles orthopédiques, de par les informations qu'elles donnent aux capteurs plantaires, engendre des modifications posturales et dynamiques. Tout ceci est une régulation inconsciente de notre système nerveux par des boucles réflexes. Il est certain qu'une semelle standard de série non adaptée au patient peut entraîner des blessures. Tout comme le port d'une chaussure inadéquate.

Aujourd'hui on parle beaucoup du mouvement minimaliste ou drop zéro. Que pense-tu de ce mouvement courir naturel ?

Le minimalisme est un sujet à la mode! L'erreur à ne pas faire c'est vouloir passer d'une chaussure running à une chaussure minimaliste trop vite. La biomécanique de la course est totalement différente dans les deux cas. Il faut donc entraîner son pied à ce changement. Pour moi il est important "d'avoir du pied" pour passer aux chaussures minimalistes sans se blesser, je le déconseillerai aux débutants !

 

L'ampoule un problème que tout le monde connaît. Comment bien la soignée, l'éviter ? Faut-il la percé, enlever la peau,.... ? Que pense -tu des pansements spéciaux pour les ampoules ? Comment prévenir des ampoules ?

Les frottements liés à la répétition des foulées peuvent provoquer des échauffements localisés: ce sont les fameuses ampoules aux pied.s L'idéal est de les éviter. Pour cela il faut prendre soin de ses pieds : hydrater régulièrement, éliminer les zones de frottement, l'accumulation de peaux mortes, porter des chaussettes qui épousent parfaitement le pied pour éviter les frottements entre le pied et la chaussette, préparer ses pieds avant les compétitions (alterner crème Nok et jus de citrons pour tanner la peau environ 20 jours avant l'épreuve), éviter les sparadraps en prévention des ampoules (avec la transpiration ils peuvent se décoller et créer une zone de frottement). Lorsque l'ampoule est formée il faut évacuer la sérosité en la perçant (attention: ne jamais arracher la peau); lorsqu'elle est déjà percée il faut la protéger avec un pansement adapté (type compeed -> seul cas nécessitant leur utilisation).

Le mot de la fin ?

Le mot de la fin sera : amis runners à très vite pour de beaux moments de partages et d'entraide ! Nous serons présents en août à l'ut4m et en septembre aux 100km de Millau.

 

 Je tiens à remercier Podoperformance pour leurs disponibilté. Pour ceux qui souhaite suivre Podoperformance voici leur  site et leur Facebook

Partager cet article

Commenter cet article

Dingo Runner 19/10/2016 09:34

Merci pour cette interview très intéressante.

Isabelle 07/07/2015 15:07

"attention ne jamais arracher la peau"....au secours, c'est exactement ce qui vient de m'arriver. En voulant enlever un compeed posé sur une ampoule normale, la peau s'est complètement arrachée et l'ampoule s'est vidée. J'ai désinfecté avec de l'antiseptique puis j'ai posé un compeed.....Ca brûle énormément....Ma question est la suivante....vais-je rester en vie ? (je plaisante, mais en vrai je suis inquiète à cause du "ne jamais arracher la peau".... :(

Runner Life 07/07/2015 15:23

Lol Pour ma part je l'arrache très très souvent pourtant je sais que ce n'est pas bien.... Mon coté sado ^^ mdr
Pour ce" qui est de mourir je ne pense pas cela serai dommage tout de même. j'ai contacté Laurie qui devrai venir te renseigner sur quoi faire.